Introduction des cours Dossiers documentaires Bibliographies
Milieu du Ve siècle (après 442). Saint Jérôme,
Chronicon
Notice      Fac-similé interactif      Texte et traduction    Commentaire paléographique
  Dossier 1 image du dossier
Texte original Traduction
Valentinianus subita sanguinis eruptio-
ne, quod graece apoplexis vocatur,
Brigitione moritur. ¶ Post quem Gra-
tianus adsumpsit in imperium Vale(n)-
tinianum fratre(m) et ambo cum patruo Valente
regna(n)t [1].
Multi monachorum Nitriae per tri-
bunos et milites caesi.
Vale(n)s, lege data ut monachi militarent [2],
nolentes fustib(us) jussit interfici.

XII.
Theodosius, Theodosii postea imperatoris
pater [3], et plurimi nobilium occisi.
Fotinus in Galatia moritur, a quo Foti-
nianorum dogma judaicum.
Basilius Caesariensis episcopus Cap-
padociae clarus habetur, qui multa
continentiae et ingenii bona uno
superbiae malo perdidit.

CCLXXXVIIII olymp(ias).
XIII. 
Alamannorum XXX circiter milia
apud Argentariam, oppidum Galliaru(m),
ab exercitu Gratiani strata.
Florentinus, Bonosus et Rufinus
insignes monachi habentur, e quibus
Florentinus tam misericors in egen-
tes fuit ut vulgo (pater) paupe-
rum nominatus sit.
Gens Hunorum [4] Gothos vastat, qui,
a Romanis sine armorum depositio-
ne suscepti, per avaritiam Maximi
[ducis ad rebellandum fame coacti sunt.

Glose marginale

[1] Aliq(u)i d(icu)nt q(uod) n(on) stati(m) as[(s)]umpsit
f(ratr)em ad imp(er)iu(m) sed p(r)i(us) Theodosiu(m),
p(ost)ea Vale(n)tinian(um), (et) s(i)c i(n)nuit Rod(er)ic(us)
in isto(ri)a Gothor(um), s(ed) hic (contr)a[r]iu(m)
pat(et) p(er) J(er)onimu(m). It(em) A(m)bros(ius) de obitu
Vale(n)tiniani d(ici)t eu(m) obiis[(s)]e a(n)no XVIII
regni sui.

[2] ar. C. De decurio. l. Q(u)idam, libro X.

[3] Christianus : proximo libro.

[4] Inaccessis diu seclusa montibus
Scithie, repentina rabie progrediens exarsit
in Gothos eosque turbatos antiquis sedibus pellit.

Valentinien, par suite d’un afflux brutal
de sang, qu’on appelle en grec apoplexie,
meurt à Brigetio. ¶ Après lui, Gratien
a élevé à l’empire Valentinien
son frère, et tous deux règnent avec Valens
leur oncle [1].
De nombreux moines de Nitrie sont
massacrés par les tribuns et les soldats.
Valens, ayant décrété le service militaire pour les moines [2],
a ordonné de tuer les réfractaires à coups de bâton.

12e [année de Valentinien et Valens].
Théodose [3], père de Théodose, le futur
empereur, et de nombreux nobles ont été tués.
Fotinus meurt en Galatie ; il était le fondateur
du dogme juif des fotiniens.
Basile de Césarée, évêque de Cap-
padoce, est très réputé ; ses grandes
qualités de continence et d’intelligence ont
été gâchées par son seul défaut, l’orgueil.

289e olympiade.
13e [année de Valentinien et Valens]. 
Quelque trente mille Alamans,
à Argentaria, place forte de Gaule,
sont vaincus par l’armée de Gratien.
Florentin, Bonosus et Rufin sont
des moines très renommés ; parmi eux,
Florentin est si charitable envers les
indigents qu’on le surnomme le père
des pauvres.
Le peuple des Huns [4] ravage les Goths ;
accueillis par les Romains sans déposer les
armes, à cause de la cupidité du général Maxime
ils ont été poussés à la révolte par la faim

Glose marginale

[1] Certains disent qu’il n’éleva pas aussitôt
son frère à l’empire mais d’abord Théodose
et ensuite Valentinien ; c’est ce qu’indique Roderic
dans l’histoire des Goths, mais le contraire est ici
prouvé par Jérôme. De même Augustin, sur la mort
de Valentinien, dit qu’il mourut la dix-huitième année
de son règne.

[2] Code [Justinien], Des décurions, loi Quidam, liv. X [= C. 10, 31, 26].

[3] Chrétien : voir le livre suivant. [= Chronique de
Marcellin, commençant par l'accession de Théodose
à l'Empire].

[4] Longtemps retranché dans les montagnes inaccessibles
de la Scythie, poussé par une rage subite, il se déchaîna contre
les Goths, les bouscula et les chassa de leurs anciens territoires.