Introduction des cours Dossiers documentaires Bibliographies
Début du Xe siècle. Épîtres de saint Paul
Notice      Fac-similé interactif      Texte et traduction  Commentaire paléographique
Dossier 4

Essai

Cette page très abondamment glosée est écrite dans une minuscule caroline classique de qualité moyenne, où se détache quelques traits archaïques.

D'abord l'alternance indifférente de deux formes équivalentes (allographes) de la lettre 'a' :

a rond en trois traits (2 courbes parallèles et un trait pour fermer la partie supérieure) ; a à crosse, qui s'est généralisé à partir du IXe siècle, ici avec une panse relativement étirée en pointue.

Ces deux formes s'opposent à l'ancien a ouvert en haut, qui a été supplanté comme susceptible d'être confondu avec u : c'est l'un des aspects de l'effort méthodique de clarification et de distinction des formes qui a fait de la minuscule caroline le modèle idéal auquel notre écriture est toujours revenue.

S'y ajoutent des ligatures, habituelles comme le couple e-t (&), mais aussi plus inattendues dans la minuscule caroline, comme le couple r-t avec r prolongé en pointe vers le haut (18), forme qui survit plus abondamment et plus lontemps dans l'écriture des documents que dans celle des livres.

L'écriture des gloses se distingue par quelques traits propres, l'allongement (irrégulier et modéré) de s et r sous la ligne, e avec très longue cédille pour la diphtongue ae.