Introduction des cours Dossiers documentaires Bibliographies
1596, 14 novembre. La justice du roi contre le beau-père assassin : confirmation de la condamnation de Jean de Thélis par les Grands Jours de Lyon
Notice      Fac-similé interactif      Texte et traduction    Commentaire diplomatique    Commentaire historique
  Dossier 116 image du dossier
Texte original

Henry par la grace de Dieu roy de France et de Navarre, au premier des huissiers de notre cours de
parlement ou aultre notre huissier ou sergent sur ce requis, salut. Comme ce jour d’huy veu par notre
court des grandz jours à Lion la requeste à elle presentée par Perrine Denouetz, demoiselle veuve de
feu Charles de Thelis dict de Sainct Romain, tant en son nom que comme tutrice de Georges et
Geoffroy de Thelis, enffans mineurs dud. deffunct et d’elle, contenant que pour raison de l’homicide et
assasinat commis à la personne dud. deffunct, le procés extraordinaire auroit esté faict et parfaict par le
prevost des mareschaulx de Beaujoloys à Jehan de Thelis dict de Sainct-Romain, sieur de Vatorgues
pere d’icelluy deffunct, Jehan de Thelis dict de Croizel, son filz, frere dud deffunct, François Boudot,
Jacques Lasne dict La Conduicte, Damyen Charasson, Jacques Perrasse, Benoist Gojet, Anthoine
Foucelas, Loys Fayot, Jehan Ferrabourg dict Protierre, Pierre Covent, Jehan Charassin, dit L’Orenge,
François Chairneron, Romide et Leonard Coquet accusez, contre lesquelz sentence de contumace
auroit esté donnée le vingt-quatriesme may ; par laquelle ilz auroient esté condamnez, sçavoir led. pere
et frere dud. assasiné à avoir les testes tranchees, lesd. Bodot, Fayot et La Conduicte à estre rompuz
sur la roue et lesd. Damien et autres accusez à estre penduz et estranglez, laquelle sentence, n’ayans
iceulx accusez peu estre aprehendez, auroit esté executée en effigie. En l’execution de laquelle la
suppliante crainct avoir quelque difficulté pour le credit que peulvent avoir les accusez au pays de
Beaujolois et que les huissiers ou sergents et aultres officiers de justice facent reffuz d’executer lad.
sentence sy elle n’estoit confirmée et auctorisée par lad. court, et à ceste fin auroit presenté requeste ;
sur laquelle arrest seroit intervenu le vingt-huictiesme novembre dernier, par lequel auroit esté
ordonné que dans huictaine après la signification d’iceluy, les dessusd. se rendroient en l’estat en la
conciergerye du Palais et à faulte de ce faire, qu’il seroit contre eulx procedé suivans les arrestz de
notred. cours. Lequel arrest auroit esté signifié au domicile des accusez les neuf et dixiesme du mois
d’octobre, à quoy ilz n’auroient tenu compte d’obeyr. Requeroit attendu l’enormité dud. crime et
assasinat ordonner que lad. sentence sera executée de l’auctorité de notred. court et aura pareille force
que si iceulx accusez estoient condamnez par arrest et oultre que commandement sera faict à tous
juges, huissiers et autres officiers de justice icelle mettre ou faire mettre a execution a peyne d’estre
declarez refractaires à notred. court. Veu aussy lad. sentence, arrest et exploictz, conclusions de notre
procureur general auquel le tout a esté communicqué de l’ordonnance d’icelle, et tout consideré
notred. court a ordonné et ordonne que lad. sentence sera executée à l’encontre d’iceulx accusez selon
sa forme et teneur, mesme pour le regard de leur capture et reparations civiles adjugées par icelle et
enjoinct à tous huissiers ou sergens et aultres officiers de justice de ce faire, sur peyne d’estre declarez
refractaires aux arrestz de notred. court. Si te mandons a la requeste de lad. suppliante mettre ce
present arrest a execution, de ce faire donnons pouvoir, commandons à tous noz subjetz qu’à toy en ce
faisant soit obey. Donné a Lion esd. grandz jours le quatorziesme jour de novembre, l’an de grace mil
cinq cent quatre-vingtz-seize et de notre reigne le huictiesme.

Par la chambre des grandz jours : VOYSIN.
veu, DUGUE.

Soit en se limitant aux données factuelles :

1596, 14 novembre — Lyon

À la demande de Perrine Denouetz, veuve de Charles de Thelis dit de Saint-Romain, le parlement de Paris dans sa session des Grands Jours à Lyon confirment la condamnation de Jean de Thelis et de ses complices, pour le meurtre de son mari, prononcée par le prévôt des maréchaux de Beaujolais le 26 mai 1596. Le roi donne ordre d’exécuter cette sentence.