Introduction des cours Dossiers documentaires Bibliographies
1590, 16 janvier. Composer en temps de guerre : Remise de bail à un fermier d’impôts de la Ligue
Notice      Fac-similé interactif      Texte et traduction  Commentaire diplomatique    Commentaire historique
Dossier 115

Passer la souris sur le texte pour obtenir des commentaires de détail

Charles par la grace de Dieu roy de France a noz amez et feaux les gens de noz comptes, tresoriers de France au bureau des finances estably a Paris, esleuz sur le faict des aydes et tailles en l’election de Soissons , salut. Veu la requete presentee en notre conseil le XXVII e septembre dernier par Pierre Terlan, fermier des huict et vingtieme du vin, boucherie, mercerie, poisson de mer, d’eaue douce, tannerie, pelleterie, menu mestier, toille, chevaux, pied fourché, pastre, thuille, chaux et autres impositions de la ville de Soissons tendant, en consideration des pertes par luy souffertes et la non jouissance desd. fermes au moien des guerres, il nous pleust luy faire rabaiz et moderation des trois quartz d’icelles, l’information faicte par les esleuz dud. Soissons desd. pertes et leur advis cy ataché, ensemble la confirmation d’icelluy par vousd. tresoriers generaux, avons, de l’advis de notred. conseil et conformement a celluy desd. esleus led. Terlan quitté et deschargé, quictons et deschargeons par ces presentes de la moictié du pris et adjudication desd. fermes sans que pour l’advenir pour raison de ce luy en puisse estre demandé aucune chose. Si vous mandons et ordonnons qu’en faisant led. Terlan joir du contenu en cesd. presentes, vous aiez par le receveur des aydes dud Soissons et tous autres qu’il apartiendra à le faire tenir quitté et deschargé des sommes a quoy se trouverront monter lesd descharges. Et raportant par led. receveur sesd. presentes avec certifficat dud. Terlan, comme il ne luy aura aucune chose paié pour raison de ce, voulons le tout estre passé et alloué en la despence des comptes dud. receveur et rabatue de sa recepte par vous gens de nosd. comptes ausquelz mandons ainsy a le faire sans difficulté, car tel est nostre plaisir. Donné à Paris le XVIe jour de janvier l’an de grace mil cinq cens quatre-vingtz-dix et de nostre regne le premier. Par le roy, au conseil estably prés monseigneur le duc de Mayenne lieutenant general. NICOLAS(paraphe)