Introduction des cours Dossiers documentaires Bibliographies
1239, décembre. Diplôme impérial
Notice      Fac-similé interactif      Texte et traduction  Commentaire diplomatique
Dossier 58

Le style de l'acte est empreint de solennité, et sa rhétorique bien caractéristique : pendant un siècle au moins, elle va former dans les chancelleries d'Europe continentale, au travers de la figure de Pierre de La Vigne, un modèle particulièrement recherché. Signe des temps toutefois, le dispositif laisse affleurer la précision technicienne et juridique du discours, très orné dans le préambule et l'exposé. C'est en effet au début du texte qu'abondent les fleurs rhétoriques, entre autres :

une construction savante reposant sur des structures binaires (deux fois deux dans le préambule : tunc firmatur... tunc extollitur... cum retribuit... et elargitur ; amor cresit... fragor acuitur... cum ditantur et induuntur...), ou ternaires (dans l'exposé : adtendentes... considerantes quoque... advertentes insuper...), la métaphore (fragor acuitur), le chiasme (firmatur imperium/decus extollitur, infidelibus pro perfidia/pro fide fidelibus), la figure étymologique qui rapproche des mots d'étymologie commune (firmissimo firmatur, infidelibus perfidia... fide fidelibus), l'adnominatio qui rapproche des mots sur les sons et non sur l'étymologie (ditantur et induuntur), le cursus (multiples traces de cursus velox, par exemple : cesáree májestátis, spóliis dámpnatórum, inpérii móderámur, nóssitur hábuísse, póterit éxibére, decrévimus ápplicánda...).