Introduction des cours Dossiers documentaires Bibliographies
1157, 9 octobre. Concession en fief d'une maison à Saint-Hippolyte
Notice      Fac-similé interactif      Texte et traduction  Commentaire paléographique    Commentaire diplomatique
Dossier 9
  1. Morphologie générale
  2. Éléments d'écriture diplomatique
  3. Abréviations

Les numÉros entre parenthèses renvoient aux lignes. Pour revenir au fac-similÉ interactif, cliquer sur l'image.

Essai

Les morphologies propres aux actes diplomatiques ne sont que très modérément intégrées : forme légèrement ondulée et allongée (mais non prolongée sous la ligne) de f et s, ainsi que, exceptionnellement, l (Guillelmi, 16) ; développement purement ornemental de la "ligature" ct, qui ne lie plus rien (cunctos, 11).

La souscription du scripteur fait exception (dernière ligne), bien qu'il s'agisse indubitablement de la même main : deux h, deux s et trois p se terminent en traits prolongés, courbes et effilés, typiquement diplomatiques.

La souscription de l'évêque (12), d'un module grossi, n'est pas pour autant nécessairement autographe. La croix qui précède le nom est en effet cantonnée de quatre points dont l'un, plus marqué, est sans doute la seule marque vraiment autographe. Le comma qui suit (deux points et virgule) est imité de la chancellerie pontificale.

Dans les autres souscriptions, la seule marque autographe est, de la même manière, le plus gros des quatre points qui cantonnent la croix dans le mot sig+num.

(Sur les souscriptions, voir aussi le commentaire diplomatique).