Introduction des cours Dossiers documentaires Bibliographies
Milieu du XIIe siècle. La Bible glosée
Notice      Fac-similé interactif      Texte et traduction  Commentaire paléographique    Commentaire historique
Dossier 99

Essai

L’écriture est une minuscule caroline tardive d’aspect soigné, où une « gothicisation » limitée se manifeste par deux tendances :

  • l’aspect brisé des courbes, ou plutôt le contraste marqué par une plume large entre les pleins et des déliés (notamment dans le haut des jambages de n et m, ou la langue du r) ;
  • l’agrandissement de l’œil des lettres, par rapport à la hauteur des hastes (en revanche, guère de resserrement horizontal ici).

Le texte et la glose sont apparemment de la même main, mais la glose, d’un tracé simplifié pour s’adapter au module réduit, est plus nettement brisée et les jambages sont en général marqués, en haut et en bas, par des filets proportionnellement plus développés, qui annoncent le traitement uniforme des extrémités des traits dans l’écriture gothique. De même dans g : le trait qui tend à fermer la boucle inférieure, faiblement visible dans le texte, est bien marqué dans la glose.

Le haut des hastes est renforcé par un trait supplémentaire, empattement triangulaire qui tend à s’ouvrir en fourche : ce détail, ici plutôt accidentel, est devenu dans d’autres écritures une variété « normale ».